accueil du site

Le fleuve Var en hiver

Cet article fait partie de la biographie de François Nespola, Nice 1858-1911, cliquer ici pour voir le début

L’expansion de Nice vers l’ouest très forte après 1860 et le rattachement à la France : Le pont sur le Var, 1845-1862

Le pont sur le Var, 1845-1862


Image appartenant au site http://saintlaurentduvarhistoire.hautetfort.com/album/le_gue_du_var_et_les_gueyeurs/
, cliquer pour voir la page et l'album avec les narrations des voyageurs. Très intéressant .

De Magnan, une route de terre, la route de France menait jusqu’au Var. Jusqu'en 1860, le fleuve Var servait de frontière entre le Comté de Nice, Etats de Savoie-Piémont-Sardaigne et la France (voir le contexte historique de la biographie).

Le Var a un lit très large avec des bancs de graviers. La traversée du Var s'effectuait à gué, par un bac ou par des ponts en bois régulièrement emportés par les crues. Bien que le Var soit souvent très peu profond en été, l'hiver, il n'en était pas de même et la traversée pouvait être mouvementée.

Tobias George Smollett, un des premiers touristes anglais venu séjourner à Nice, décrit ainsi la traversée du Var en 1763 :

« Six de ces hommes, les pantalons retroussés jusqu'à la ceinture, avec de longues perches en main, prirent soin de notre voiture et, par mille détours, nous conduisirent sains et saufs à l'autre bord. » Extrait de l'article Wikipedia sur Tobias George Smollett

La traversée du fleuve était possible en 1845 par un pont de bois d'une cinquantaine d'arches avec en son milieu la guérite abritant les sentinelles piémontaises.

Le pont en bois vu de Nice.



Hercule TRACHEL, Aquarelle Lien direct vers le site de l'Acadèmia Nissarda http://peintres.nicehistorique.org


Le pont vu de Saint-Laurent-du-Var ,.



Site l'Acadèmia Nissarda http://www.gravures-nice.org



Le pont de bois existait encore en 1889, il était encore accessible aux piétons seulement. Il avait été remplacé entre 1862 et 1864 par un pont métallique construit plus bas sur l'embouchure. La ciculation se faisait en deux niveaux : en bas les voitures et les piétons, en haut le train.


De nombreuses familles niçoises ont entendu parler de ce pont métallique qui a été détruit par les Allemands à la fin de la guerre 1939-1945. Il est remplacé par le pont de pierre actuel, le pont Napoleon III.

Le Barimasson : quartier Ste Hélène, entre Magnan et Carras........Le chemin de fer arrive à Nice

Les articles prévus vont être mis en ligne au fur et à mesure, cliquer ici pour voir le plan